Gérer vos abonnements aux newsletters

club

Accueil » actualite » fiche » club » bilan-pole-formation-espoir-u22

Bilan Pôle formation : Espoir (U22)

28/05/2019

A travers différentes interviews, nous allons faire les bilans des différentes équipes du Pôle Formation. Le premier volet se fait avec les Espoirs U22.

Julien Guiard, le Manager qui a pris l'équipe à l'inter-saison nous donne son bilan sur cette première année. Il évoque les résultats sportifs mais nous livre aussi ses impressions sur les différents projets à venir pour cette catégorie où le niveau ne cesse de proresser. 

Quel bilan tu peux tirer de cette saison sur le plan sportif mais aussi humain de cette saison ?

Julien Guiard : "J’arrivais dans une nouvelle structure en découvrant un nouveau groupe. L’année dernière c’était la fin d’un cycle avec une demi-finale France, une superbe performance, avec un groupe Espoir un peu « vieillissant » qui a donc entrainé beaucoup de départs de joueurs expérimentés, certains ont basculé avec le groupe pro. Avec un renouvellement d’effectif, un staff un petit peu chamboulé avec le départ de Sébastien Calvet et mon arrivée, donc une prise de marque qui naturellement a mis un peu de temps, afin de connaitre un peu tout le monde. Apprendre à fonctionner avec Alain et Olivier, avec un nouveau groupe. Tout ça fait qu’en début de saison on a des résultats qui ne sont pas très stable et surtout un projet de jeu qui met du temps à se mettre en place. Dans une poule Elite très dense, comme chaque saison, avec des matchs compliqués tous les week-ends. Mais ce qui est très positif dans la saison, c’est la dynamique de travail qu’il y a eu, c’est l’engagement des joueurs et du staff dans le projet. Ces paramètres-là ont fait qu’au bout d’un moment on a eu de la stabilité dans nos performances, pas toujours dans les résultats. En milieu de saison, quand on était dans le dur et qu’on lutté pour le maintien, on a su mettre à profit tout le travail qui a été fait et à avoir des résultats assez convainquant contre des grosses équipes de la poule comme le Racing 92, Montpellier, Pau ou encore Grenoble. Ces résultats là nous ont permis à quatre journées de la fin d’être mathématiquement qualifiable. Malheureusement on n’a pas su convertir sur les deux derniers matchs à domicile face à Bordeaux et Brive".

"Aujourd’hui il faut s’appuyer sur cette expérience, sur les loupés qu’on a eu, sur la projection de l’effectif de l’année prochaine, en essayant d’équilibrer un peu tout ça, avec les moyens dont on dispose, qui sont généralement en dessous de la concurrence. A nous de trouver des éléments qui valorisent le projet. Dans ces éléments là, il y évidemment le projet sportif, la proximité dans le travail avec le groupe pro, la qualité de nos infrastructures et de ce site mutualisé qui valorise les échanges. Il faut mettre en avant l’attractivité des jeunes joueurs qui se donnent les moyens d’aller vers le groupe pro. C’est dans l’identité du club de façon historique d’intégrer les jeunes au plus haut niveau. Aujourd’hui on va être dans la continuité par rapport à ça. J’ai des échanges réguliers avec Christophe Laussucq, il est aussi dans cette philosophie, il a envie de travailler avec le staff Espoir. Il fonctionne aussi la méritocratie. Donc si les jeunes sont les meilleurs, ils joueront. Comme ça a été le cas cette année avec des Jessy Jegerlehner, Andrès Zafra, Léo Berdeu etc.. Il va falloir que des Loïc Hocquet, Alex Burin, Corentin Chabeaudie pour ne citer qu’eux, s’imposent comme se sont imposés les autres cette année. Et peut être probablement des joueurs qui sont méconnus aujourd’hui, dont je tairais les noms, vont aussi s’imposer".

La saison est maintenant terminée, quel est le programme et l’objectif pour les semaines à suivre ? Peut-on parler déjà d’objectif pour la saison prochaine ?

Julien Guiard : "On fait des réunions assez fréquemment avec toutes les personnes du staff, aussi bien sportive, médical ou administrative, et le thème des séances c’est : comment professionnaliser la catégorie Espoir ? C’est-à-dire faire au-delà des moyens qui nous sont mis à disposition, notamment dans le fonctionnement. Il y a plein de projets en cours. Il y aura des petites évolutions, on ne veut pas non plus révolutionner la chose.  Des évolutions également dans la construction de l’effectif, en essayant d’équilibrer les lignes, essayant d’avoir de la maturité sur certains postes, mais aussi un petit peu de folie et de la vitesse sur d’autres postes, avec la volonté d’intégrer les jeunes Crabos, qui sont aujourd’hui en finale du championnat de France, d’apporter des compétences extérieures, à la fois dans le staff et dans les joueurs, afin qu’on soit le plus ambitieux possible la saison prochaine. On a une volonté commune avec la SAS, l’Association et Academia donc c’est très appréciable de fonctionner comme tel afin d’être plus compétitif que l’on a été cette année. A nous de faire le job et d’aller viser les deux places qualificatives pour les phases finales, aujourd’hui quand on est compétiteur, et qu’on fait une saison, c’est pour vivre un mois de mai de folie avec de l’enjeu et peut être un titre à la sortie. En étant conscient que les autres équipes bossent aussi, avec des équipes Espoir de très très bon niveau. Il va falloir valoriser notre projet, qu’on bosse plus que les autres, et qu’on essaie de bosser encore mieux que les autres. On est très impatients d’être déjà au 29 juillet pour la reprise du championnat Espoir, pour mettre en application tout ça".

Cet été va être une nouvelle fois marqué par quelques changements, comment tu vois la prochaine saison ?

Julien Guiard : "Il y a beaucoup d’enthousiasme, beaucoup de bonne humeur, la saison 18/19 pour nous elle est déjà terminée on est déjà sur le projet 19/20 et on compte bien être à la hauteur des ambitions du club. Comme tous les clubs nous sommes soumis à la réforme de la catégorie Espoir, avec un an de moins sur les joueurs qu’on appelait jusqu’à présent « joueur effectif » mais j’aimerai qu’on les appelle « joueur aspirant », cela veut dire qu’ils sont aspirants à Academia, et donc que dans l’accompagnement, on leur donne les éléments pour qu’ils accèdent à Academia. Cette réforme veut dire qu’il y a des joueurs qui étaient censés rester dans le groupe parce qu’ils bénéficiaient d’une année supplémentaire mais qui n’auront pas cette chance, c’est le cas notamment pour Guillaume Mazzoleni, Corentin Jonte, Quentin Berandi ou Lucas Laporte, ce sont des joueurs 1998 qui ne seront pas conservés. Je pense aussi à des joueurs qui auraient dû quitter le dispositif mais qui vont finalement rester car on va les intégrer à Academia. La règle dit que les joueurs 98-97 qui sont sous convention ou sous contrat peuvent continuer à jouer, à hauteur de 6 joueurs par feuille de match. Aujourd’hui on a des joueurs contre Corentin Chabeaudie ou Fernandez Correa qui auront la possibilité de jouer de temps en temps en Espoir, et après on a des joueurs comme Aurélien Ricard, qui sont Academians, et qui vont le rester, Yanis Diaz ou Louis Gobant qui vont le devenir. Ensuite on se renforce avec des joueurs de l’extérieur, alors tout n’est pas encore signé mais on avance bien. L’objectif d’Academia à terme, comme pour tout centre de formation, c’est d’avoir 100% de l’effectif recruté en interne. Si un jour on y arrive, c’est qu’on a vraiment un dispositif très performant en dessous d’Academia".

en image